LIONS, FOOTBALL, BASKET, LUTTE ET LES JO: Matar Bâ sans détours ni langue de bois

0
18

L’Association nationale de la presse sportive (Anps) a renoué, hier, avec ses grands rendez-vous après une longue pause. Le ministre des Sports, Matar Bâ, qui était l’invité du jour, dans les locaux de la Maison de la presse, a abordé tous les sujets brulants de l’actualité sportive durant 90mn, le temps d’un match de football. De la qualification des Lions à la Can 2019 aux retombées financières du Mondial, en passant par les problèmes de la balle orange et de la lutte, il dit tout. 

«Avec de tels joueurs, le Sénégal ne peut plus se contenter d’une qualification à la Can»

Sans langue de bois, Matar Bâ, qui démarre sur la qualification des Lions à la prochaine Coupe d’Afrique au Cameroun, a mis la pression sur Aliou Cissé et son staff technique. Pour le ministre des Sports, l’équipe nationale de football du Sénégal ne doit plus se satisfaire d’une simple participation à cette compétition, car elle possède en son sein des joueurs de qualité, capables de mener le pays vers son premier trophée continental. «Dans le passé, le combat du Sénégal était la qualification à la Coupe d’Afrique des nations. Cette année, nous l’avons obtenue avant la fin des éliminatoires, mais on n’a pas jubilé», a expliqué le patron des sports. Pourquoi ? Matar Bâ est d’avis que le Sénégal a atteint un niveau tel qu’il est difficile de se contenter d’une qualification. «Quand on a une équipe de valeur, mise dans de bonnes conditions, une bonne fédération et un Etat qui s’est engagé, il faut se fixer des objectifs», a indiqué le ministre des Sports, qui souligne que quand Me Senghor a pour ambition de jouer la finale de la Can ou de la gagner, c’est parce qu’il a bien évalué les capacités de son équipe. «Il faut faire le tour du pays pour savoir que la température des Sénégalais, c’est le trophée et pour l’avoir il faut mutualiser les efforts et les énergies», assure Matar Bâ.

«Les retombées financières du Mondial seront injectées dans le football»

Concernant la gestion des retombées financières (7 milliards F Cfa) de la Coupe du monde 2018, le patron des Sports promet de la transparence. «Nous resterons logiques. Il y a eu un vécu en 2002 et la Fédération sénégalaise de football (Fsf) s’est engagée dans une dynamique de transparence. Les retombées seront injectées dans le football. Je peux vous dire que la Fédération sénégalaise de football (Fsf) est dans les règles»,  a-t-il affirmé. «Il n’y a pas encore d’assemblée générale d’information, car on s’est engagé dans les éliminatoires de la Can. L’Etat et la Fsf travaillent ensemble», a-t-il ajouté, indiquant qu’au moment opportun, la Fédération se prononcera.

«Le stade Demba Diop sera réhabilité (400 millions Cfa) et le naming va changer» 

Le stade de Demba Diop, fermé depuis le drame du 15 juillet 2017, lors de la finale Uso-Stade de Mbour, le ministre annonce la réhabilitation de l’enceinte à hauteur de 400 millions francs Cfa. «Le stade aidait tous les sportifs dakarois. Il faut respecter les lois du pays. La protection civile nous dit que ce n’est pas sûr d’organiser à Demba Diop. On a pris des experts pour tester l’existant. Il fallait une enveloppe de près de 400 millions F Cfa pour retaper le stade. C’est une solution conjoncturelle car la solution définitive, c’est de raser et de changer le ‘’naming’’» souligne le ministre des Sports. Le stadium Marius Ndiaye ne sera pas en reste. «Il faudra aussi rénover Marius Ndiaye et on y travaille. Demba Diop sera rouvert», dit-il.

«Les travaux de réhabilitation de Assane Diouf sont pour bientôt»

Pour le stade Léopold Sédar Senghor dont la réhabilitation est pour bientôt, le patron de la tutelle est partagé par un dilemme pour le démarrage des travaux. «On envisage la fermeture pour travaux du seul stade où le Sénégal peut recevoir pour ces matchs internationaux. Il nous faut une alternative», indique Matar Bâ qui poursuit : «La solution, c’est d’attendre que le stade de Thiès, qui sera inauguré en décembre par le président de la République, soit fonctionnel et prêt à recevoir ce genre de grands rencontres». Pour la pelouse du stade tant décriée, le ministre des Sports a invité le public à la patience, car le plus important, c’est que dans quelques mois, l’enceinte sportive sera retapée. «Je peux vous garantir qu’avec le démarrage des travaux, toutes les dispositions seront prises pour que le travail soit bien fait», promet-il.
A l’instar du stade Lss, celui d’Assane Diouf démoli depuis plusieurs années à cause d’un litige entre des investisseurs chinois et les habitants de la localité, pourrait être aussi reconstruit. «Le dossier est entre les mains du ministère de l’Economie et des Finances qui étudie le dossier. Il me sera imputé une fois le problème réglé. C’est tout ce qui retarde le processus de démarrage des travaux», a fait savoir Matar Ba, qui révèle l’érection d’un nouveau stade à Keur Massar et la réhabilitation des stades de Mbacké, Kébémer et Tivaouane qui auront un gazon.

«Il y a une avancée, comparé au temps où les basketteurs étaient logés dans des auberges» 

Le ministre des Sports change de discipline pour parler de la balle orange et souligne qu’il comprend la situation difficile que peuvent vivre les joueurs avec la sélection nationale en compétition internationale. Mais, pour Matar Bâ, comparé à ce qui se faisait, il souligne que beaucoup d’efforts ont été faits, surtout en ce qui concerne la prise en charge. «Il y a vraiment des avancées concernant les conditions de travail, comparé au temps où les basketteurs étaient logés dans des auberges», relate Matar Ba, qui a au passage précisé que ses propos, lors de la remise du drapeau national des dames en partance au Mondial, ne visaient personne. «Je parlais à tous les entraineurs et aux acteurs des sports sénégalais. Ça ne sert à rien de tirer sur les autres. Il faut qu’on soit ensemble», déclare Matar Bâ.
Il précise tout de même que l’Etat ne peut pas tout faire. «Les déplacements en Afrique sont parfois difficiles et l’Etat ne peut pas tout faire ; il faut cogérer avec la fédération. Je lance un appel aux dirigeants des sports africains de rectifier le tir. C’est difficile de convoquer des équipes et de leur dire qu’elles doivent se prendre en charge pour l’hébergement. Apres, elles se battent et gagnent des médailles qui ne sont accompagnées de pas même un franc. C’est inadmissible. Si tout le monde faisait comme le football, ce serait vraiment bien», souligne le ministre des Sports.

«L’Etat va prendre ses responsabilités et confier l’arène nationale à des personnes de confiance»

Parlant de la lutte, le ministre des Sports exhorte les promoteurs à rester à l’arène nationale et de laisser le stadium Iba Mar, propriété des handballeurs. «Les promoteurs n’ont plus besoin d’aller organiser dans les stades, ils ont une arène nationale», a déclaré le ministre des Sports. Pour lui, le stadium Iba Mar Diop doit être laissé au handball qui vient d’être doté d’un nouveau tapis et qui prépare la Can féminine. Pour Matar Bâ, la Fédération de handball ne peut pas toujours déprogrammer ses matchs à cause de la lutte. Interpelé sur les concertations nationales de la lutte tenues ce week-end, Matar Bâ a salué l’esprit qui a prévalu durant les travaux, précisant qu’il reviendra à l’Etat de prendre ses responsabilités et de confier la structure (l’arène nationale) à des personnes de confiance. L’objectif, c’est le développement de la lutte et Matar Bâ indique qu’il va continuer les pourparlers avec les acteurs pour trouver une solution. «Je peux vous dire que la saison va démarrer et les combats se tiendront normalement», a assuré le ministre des Sports.

«Le centre de la Caa sera implanté sur l’assiette foncière du stade Lss»

La Confédération africaine d’athlétisme (Caa) souhaite s’implanter à Dakar avec la construction d’un centre de perfectionnement au Sénégal, Matar Bâ, qui s’est dit favorable à cette demande, a déjà une idée pour le lieu qui devra accueillir ce centre. «On pense à l’assiette foncière du stade Léopold-Sedar-Senghor. Ce sont des problèmes qui seront gérés sous peu de temps», déclare le ministre des Sports, préoccupé par l’occupation anarchique des alentours du stade. «Cela gêne tout le monde de voir ce stade envahi par des occupants et ses alentours occupés illégalement. Cela engage, pas simplement le ministère des Sports, mais d’autres ministères aussi», dit-il.

«On peut être candidat à l’organisation des compétitions africaines voire mondiales»

Dakar doit abriter les Jeux olympiques de la Jeunesse. Pour l’occasion, le ministre annonce qu’un conseil présidentiel va se tenir pour l’organisation de cet événement prochainement. «Au-delà même de l’évènement, le Sénégal pourra profiter des retombées d’une telle compétition surtout au plan économique et diplomatique. Avec les infrastructures qui seront mises en place, on peut être candidat à l’organisation de plusieurs compétitions africaines voire mondiales», conclut le patron du sport.

LEAVE A REPLY