CANDIDATURE ALTERNATIVE AU PDS: Madické Niang plonge

0
23
Minister for State and Minister for Foreign Affairs, Maitre Madicke Niang (R), speaks during a press conference with Senegal's Minister in charge of February's presidential election following a meeting with the diplomatic corps at the Foreign Ministry in Dakar on February 23, 2012. Several presidential candidates are lobbying for Senegal's polls to be postponed amid protests over incumbent Abdoulaye Wade's third term candidacy and concerns over the impartiality of electoral bodies. One of Africa's most stable nations, Senegal is facing a stiff democratic test on February 26 after weeks of violent riots over the 85-year-old leader's efforts to cling to power left six dead and dozens injured. AFP PHOTO / SEYLLOU (Photo credit should read SEYLLOU/AFP/Getty Images)
C’est maintenant officiel ! Me Madické Niang va briguer les suffrages des Sénégalais à l’élection présidentielle. Le patron du groupe parlementaire Liberté et Démocratie s’est fendu d’un communiqué, hier, pour annoncer sa décision, qu’il a pris le soin de révéler d’abord à Me Wade. Pour lui, sa candidature n’est pas une substitution à celle de Karim, mais le fruit d’un réalisme politique, qui doit éviter au Pds de rater le train du scrutin du 24 février, vu les barrières juridiques dressées devant Wade-fils. 

Fin du suspense ! Madické Niang est candidat à la présidentielle. «Je réaffirme mon appartenance au Pds et pour qu’il continue à jouer un rôle de premier plan sur l’échiquier politique et dans la marche du pays, j’ai décidé de me présenter à l’élection présidentielle pour assumer une candidature alternative de notre parti», a déclaré le président du groupe parlementaire Liberté et Démocratie. Qui s’empresse d’ajouter qu’avant de rendre publique sa candidature, il a tenu à «informer le Président Wade par courriel en date du 2 octobre 2018». Maintenant, il lui reste à «consulter» ses frères de parti ainsi que toutes les personnes et organisations qui voudront bien l’accompagner dans son aventure, avant de lancer «solennellement» sa candidature à la succession de Macky Sall.

«Le moment est plus que jamais favorable pour le Pds et ses alliés de reconquérir la confiance des Sénégalais et d’abréger leurs souffrances»

A en croire Madické Niang, sa décision de se présenter à la présidentielle comme candidat alternatif du Parti de Me Abdoulaye Wade entre dans le cadre de «la sauvegarde du Pds qui est un patrimoine national et qui ne doit, en aucune manière, être absent des prochaines joutes électorales, encore moins disparaître de l’échiquier politique». En effet, précise-t-il, «après avoir soutenu activement à l’intérieur du parti le choix de Karim Wade comme candidat et assuré au mieux sa défense pour lever les obstacles juridiques à sa candidature», il est «très peiné par la position consistant à ne pas envisager une option alternative». Surtout que, pour lui, «le moment est plus que jamais favorable pour le Pds et ses alliés de reconquérir la confiance des Sénégalais et d’abréger leurs souffrances», en prenant le pouvoir des mains de Macky Sall.

«…j’ai réaffirmé l’impérieuse nécessité, après la décision de la Cour suprême, de prévoir une candidature alternative»

Faisant la genèse de la situation qui a conduit à sa décision de se présenter à la présidentielle, le député libéral souligne : «Tout en reconnaissant que Karim Wade est le candidat investi démocratiquement par les instances du parti, j’ai cependant réaffirmé l’impérieuse nécessité, après la décision de la Cour suprême, de prévoir une candidature alternative». C’est pourquoi, sans jamais remettre en cause la candidature de Karim Wade, il avait proposé à Me Wade, par un courrier daté du 3 septembre dernier, une candidature alternative. Une proposition qui, note-t-il, n’avait rien à voir avec celle faite, trois jours après, par Ibrahima Thiombane et qui avait conduit à une brève rupture entre lui et Wade, qui l’accusait d’être derrière Thiombane et Cie et qui n’avait pas hésité à le qualifier de traitre.

LEAVE A REPLY