FATICK: 7 millions et 50 000 moustiquaires pour lutter contre la dingue

0
28
ept millions de francs CFA destinés à l’achat de produits désinfectants et 50.000 moustiquaires seront offerts à la commune de Fatick (centre) pour l’aider à dérouler son « plan de riposte » contre l’épidémie de dengue, a annoncé mercredi le médecin-chef de la région, Mamadou Sarr.
« Le ministère de la Santé et de l’Action sociale va appuyer le plan de riposte initié dans le cadre de la lutte contre la dengue, avec la dotation de produits désinfectants destinés aux opérations de saupoudrage et de pulvérisation, d’une valeur de sept millions de francs CFA, en plus d’un lot de 50.000 moustiquaires imprégnées », a dit M. Sarr.
Il s’exprimait lors d’une réunion d’évaluation de la surveillance de l’épidémie de dengue, une maladie virale transmise à l’homme par des moustiques.
Vingt-trois cas confirmés, sur un total de 487 suspects pour toute la région, ont été dénombrés entre la mi-septembre et maintenant, dans la commune de Fatick, selon le docteur Sarr.
« Nous attendons l’arrivée d’équipes supplémentaires de Dakar pour aider les agents du service d’hygiène à dérouler une grande opération de saupoudrage et de pulvérisation de tous les quartiers de la ville de Fatick », a promis le médecin-chef de la région.
Selon lui, le ministère de la Santé et de l’Action sociale a décidé de soutenir le « plan de riposte » contre l’épidémie de dengue, en mettant à contribution les « badjénu-gox », des auxiliaires de santé qui vont participer à des émissions de sensibilisation sur les radios locales.
Le docteur Sarr affirme que l’ »opération de saupoudrage » prévue dans la ville de Fatick sera menée notamment dans les écoles, les habitations et d’autres lieux publics.
« Donc, nous pouvons dire que la tutelle (le ministère de la Santé, Ndlr), par ce geste, a mis à notre disposition tous les moyens utiles à la lutte contre les moustiques, qui sont les vecteurs principaux de la dengue », s’est réjoui le médecin-chef de la région de Fatick.
Mamadou Sarr invite les populations à assainir leur cadre de vie, en évitant qu’il y ait des eaux stagnantes dans les habitants et d’autres lieux de leur environnement.
Aloise Waly Diouf, le directeur de cabinet du ministre de la Santé et de l’Action sociale, venu participer à la réunion d’évaluation du « plan de riposte », estime que le matériel remis à la région médicale de Fatick est suffisant pour contrôler l’épidémie de dengue.

La dengue est réapparue à Fatick où deux cas positifs ont été diagnostiqués en novembre 2017.
Appelée aussi « grippe tropicale », elle se manifeste par une fièvre élevée de survenue brutale, des douleurs musculaires et articulaires, des maux de tête, des nausées et des vomissements.

LEAVE A REPLY