Procès Khalifa Sall : La poignante plaidoirie de Me Khassimou Touré, frère de Mbaye Touré

0
62
Les avocats de la défense ont encore plaidé ce mercredi après-midi au tribunal correctionnel, devant lequel Khalifa Sall et ses co-prévenus comparaissent depuis 19 jours. La prestation de Me Khassimou Touré a éclipsé toutes les autres. En moins d’une heure et demie, le conseil a passé le dossier au peigne fin, réuni les éléments et balayé les précédentes objections de la partie civile.
Me Khassimou Touré a plaidé pour son petit frère Mbaye Touré, directeur administratif et financier (DAF) de la Mairie de Dakar. Et sa plaidoirie a fait couler des larmes, tant l’émotion a pris le dessus. Même si à l’instar de ses collègues de la défense, le conseil a insisté sur l’aspect « éminemment politique » du procès de Khalifa Sall et Cie. Selon l’avocat de la défense, un Etat n’a pas à prendre part dans une affaire judiciaire impliquant un adversaire politique. Le conseil estime, qu’au nom du respect de la séparation des pouvoirs, le pouvoir n’avait pas à s’immiscer sur l’affaire de la caisse d’avance de la sorte.
« À la suite de la publication du rapport de l’IGE (inspection générale d’Etat), le président de la République a saisi son garde des Sceaux, qui a saisi, à son tour, le procureur de la République », nous apprend Me Khassimou Touré. L’avocat est convaincu que dans l’affaire opposant Khalifa Sall et Cie au ministère public, « c’est clair que le procureur a reçu des instructions ». « Quoiqu’il en soit, ce procès est éminemment politique », a-t-il répété.
Le conseil, ténor du barreau, regrette que le procureur de la République ne prenne pas en compte les droits de la défense.
Pour lui, le juge n’aura d’autre choix que d’admettre que « les prévenus de l’affaire de la caisse d’avance ne sont coupables de rien ». Me Touré a demandé au tribunal de « renvoyer Khalifa Sall et Cie des fins de la poursuite sans peine ni dépens ».

LEAVE A REPLY