ASSANE NDIAYE PROPOSE LE 17 FEVRIER POUR PAPA SOW-AMA BALDE : Fass dit niet, Pikine se concerte

0
35

Rien n’est encore perdu pour le derby entre Fass et Pikine. Au sortir d’une rencontre tripartite, hier, au siège du Cng, le promoteur Assane Ndiaye a retenu la date du 17 février pour tenir le combat Ama Baldé-Papa Sow. L’écurie Fass a envoyé balader le promoteur, alors que Pikine veut se concerter avant de donner sa position.

 

Bonne nouvelle pour les amateurs de lutte. Le combat tant attendu entre Papa Sow et Ama Baldé, qui était prévu pour le 25 décembre, pourrait se tenir finalement à la date du 17 février. C’est le souhait du promoteur Assane Ndiaye. «Pour le moment, la date du 17 février a été proposée aux camps des deux lutteurs. Ils vont prendre le temps d’y réfléchir et de donner leur réponse ce soir», a déclaré une source qui a assisté à la réunion en présence de Thierno Ka, chargé de communication du Cng, d’Assane Ndiaye, d’Abdou Bakhoum et Aka, manager d’Ama Baldé et de Cheikh Ndiaye et Bouba Thiaw pour Papa Sow. C’était aussi en présence du promoteur Pape Abdou Fall. Face au non-respect des engagements de Baol Production, le lutteur de Pikine et son homologue de Fass avaient réclamé l’annulation du combat. En effet, ils en avaient assez des reports incessants et de l’incertitude qui entoure la tenue du combat.

Réunion de la dernière chance

 En compagnie de son nouveau sponsor, Assane Ndiaye a même accepté de déposer au Cng les reliquats restants et aussi les 5 millions de francs Cfa réservés au dédommagement des deux lutteurs. Mais, à condition que le combat se tienne le 17 février, au stade Léopold Sedar Senghor. Une offre rejetée par l’écurie Fass. Selon Bouba Thiaw, ils restent toujours campés sur leur position. «Le combat a été calé pour le 25 décembre et après concertation avec les responsables de l’écurie, au-delà de cette date, il n’y aura plus de combat», souligne le secrétaire général de la doyenne des écuries. Poursuivant, il indique : «maintenant, s’il veut un combat, il doit renégocier, car nous n’avons toujours pas reçu les 2,5 millions de francs en guise d’indemnité». Pour sa part, Abdou Bakhoum a souligné qu’il est très tôt de donner une position, car il doit se concerter avec le lutteur et son staff. La réunion de la dernière chance est prévue ce soir au siège du Cng.

 

LEAVE A REPLY