AFFAIRE YAVUZ SELIM: Le double jeu de l’Etat du Sénégal ; Guirassy de l’Iam prêt à acheter des actions

0
9

Les autorités sénégalaises avaient semble-t-il la volonté de placer sous administration provisoire les établissements Yavuz Selim. Après s’être désisté devant le juge, c’est ce qu’ils ont pourtant proposé à la direction de Yavuz Selim SA qui a dit niet. La rencontre n’a duré qu’une dizaine de minutes. Pourtant, Moustapha Guirassy et Moustapha Sène étaient prêts à acheter les 64% d’actions.

L’Etat se désiste, le dossier radié
Les établissements Yavuz Selim sont partis pour disparaître du répertoire des établissements scolaires sénégalais. Car l’Etat du Sénégal ne s’est pas entendu avec la direction de Yavuz Selim SA. Pourtant, tout portait à croire qu’un début de solution était trouvé, étant donné la tournure de la procédure en référé. En effet, hier, les avocats de l’Etat ont dit au juge que l’Etat se désistait de cette procédure. Ce qui a conduit à la radiation du dossier.

Une rencontre d’une dizaine de minutes

Mais, manifestement, l’Etat avait un plan B qui était de se passer du juge et, d’autorité, de faire main basse sur les établissements Yavuz Selim. Pour la rencontre d’hier avec la direction de Yavuz Selim SA, cela n’a pas duré plus s’une dizaine de minutes. Les représentants de cette dernière se sont levés et ont quitté la salle immédiatement après que les représentants de l’Etat leur ont fait savoir que l’Etat comptait gérer l’administration provisoire. «Nous nous sommes levés pour sortir de la salle. Et nous leur avons dit que nous ne l’accepterons pas», a pesté Me Moussa Sarr avocat de Yavuz Selim SA. Si l’avenir des établissements Yavuz Selim semble incertain, pour Me Sarr, c’est clair : «l’Etat va tenter un coup de force et placer sous administration provisoire. J’ai toujours dit que l’Etat voulait confisquer notre bien, et c’est ce qu’il est en train de faire», fustige encore la robe noire. L’avocat d’ajouter : «le désistement, c’était une reculade parce qu’ils savaient qu’ils allaient perdre. Cela prouve que l’Etat manœuvre avec les intérêts stratégiques du peuple sénégalais. Nous avons un Etat qui est une colonie turque».

Moustapha Guirassy et Moustapha Sène prêts à acheter les actions

Apparemment, la décision de l’Etat de placer Yavuz Selim sous administration provisoire semble avoir déjà été adoptée. Selon nos sources, la direction de Yavuz Selim SA avait, dans sa contre-proposition, décidé de céder les 64% d’actions, détenues par des Français, à deux hommes d’affaires sénégalais dont Moustapha Guirassy, patron de l’Iam et un certain Moustapha Sène, riche industriel qui était aussi dans l’enseignement privé, histoire d’écarter les Turcs de la direction, pour rassurer les autorités sénégalaises. Tous les deux étaient à la rencontre. Mais, rien n’y fait. Au final, il n’y a même pas eu de dialogue.

Ngalandou Diouf, Birago Diop etc. accueillent les élèves de Yavuz Selim

Hier, lors de sa traditionnelle visite des établissements pour la rentrée scolaire, Serigne Mbaye Thiam a laissé entendre qu’il a envoyé des lettres aux différentes écoles pour leur demander d’accueillir les élèves qui viennent de Yavuz Selim. Il s’est réjoui que Ngalandou Diouf ait pu accueillir quelques élèves. Une attitude qui laisse croire que l’Etat savait qu’il n’allait pas s’entendre avec les autorités de Yavuz Selim SA. En tout cas, selon nos informations, plusieurs parents d’élèves se sont résignés à quitter Yavuz Selim. Outre Ngalandou Diouf, le Lycée Birago Diop a aussi accueilli beaucoup d’élèves de Yavuz Selim. Le temps passe, les parents s’impatientent. Et à ce rythme, les établissements Yavuz Selim, réputés être des établissements d’excellence, vont fermer leurs portes.

LEAVE A REPLY