COOPÉRATION SÉNÉGALO-GAMBIENNE : Un renforcement sans délai des dispositifs de prévention contre le terrorisme mis en place

0
80

Le ministre de l’Intérieur gambien Mai Ahmad Fatty, en visite au Sénégal a eu une séance de travail avec son homologue Abdoulaye Daouda Diallo. Les récents attentats terroristes au Burkina ont été abordés lors de la rencontre et afin de prévenir ces menaces, le ministre de l’Intérieur sénégalais prône un «renforcement, sans délai, des dispositifs de prévention mis en place».

Le ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda Diallo a reçu hier son homologue gambien Mai Ahmad Fatty, pour une réunion de travail sur l’état des relations sécuritaires entre la Gambie et le Sénégal. Les récents attentats de Ouagadougou ont été au cœur des discussions. «La menace grandissante du terrorisme dans notre sous-région, avec les attentats du 14 courant à Ouagadougou, constitue une nécessité supplémentaire et impérieuse de renforcer, sans délai, nos dispositifs de prévention mis en place», a expliqué Abdoulaye Daouda Diallo. Conscient que les terroristes sont imprévisibles et suicidaires, le ministre de l’Intérieur sénégalais demande une concertation permanente entre les différents services pouvant être ciblés par le terrorisme. «Il y a une urgence qui s’impose à nos services compétents de mettre davantage de synergie dans l’échange et le partage d’informations, d’initiatives et de moyens appropriés pour freiner efficacement et définitivement ce fléau», indique le ministre sénégalais.
Abondant dans ce sens, le ministre de l’Intérieur gambien affirme que les récentes attaques terroristes au Burkina doivent être un déclic, afin que que les deux pays se serrent plus les coudes pour une «sécurité sans faille et une coopération exemplaire pour toute l’Afrique».
Outre la coopération sécuritaire, des mesures fermes seront prises pour la lutte contre la drogue. Et pour cela, «des patrouilles conjointes» seront fortement présentes au niveau des frontières.
La question de la circulation des personnes et des biens a également été abordée par le ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda Diallo, qui demande à son homologue gambien «une meilleure fluidité de la circulation au niveau des frontières terrestres, fluviales et aériennes».

 

LEAVE A REPLY