Mbagnick Ndiaye explique le rôle du Musée des civilisations noires

0
219

Le rôle du Musée des civilisations noires ‘’sera de contribuer à inverser les  tendances négatives accoudées aux civilisations noires’’, a annoncé dimanche le ministre de la Culture et de la Communication, Mbagnick Ndiaye.

Selon lui, le musée qui sera inauguré en novembre prochain, doit contribuer à montrer une image  de la culture du monde noir en ‘’adéquation avec les réalités  ‘’enrobées de beauté’’ et  celles ‘’surchargées d’insuffisances inhérentes à toutes les sociétés’’.

Le ministre s’exprimait lors de la cérémonie de clôture de la conférence de préfiguration qui a débuté, jeudi, en présence du Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne.

Le musée est un édifice d’une superficie de 14 500 m2 qui dispose de 3 500 m2 de surface d’exposition et d’un amphithéâtre.

Lors de la cérémonie d’ouverture jeudi dernier, le Premier ministre qui a présidé la rencontre, a montré toute l’importance du musée en lui assignant une vocation éducative pour la jeunesse sénégalaise et africaine, a rappelé  Mbagnick Ndiaye

De même que, poursuit-il, le professeur Iba Der Thiam qui dans sa conférence inaugurale quia défini ce que devra être la philosophie et la vocation du musée pour la réhabilitation et la mise en exergue de la contribution fondamentale de l’Afrique à l’identité, à la créativité et à la marche du monde depuis les origines.

Mbagnick Ndiaye estime que ces deux interventions révèlent que le ‘’musée est d’abords un pari sur un avenir de confiance pour les jeunesses africaines et de la diaspora’’.

Plusieurs défis ont été relevés par les différents participants : le défi du projet culturel du musée et de sa cohérence, sa protection, la formation des ressources humaines, son management et son budget, et  son ouverture en novembre.

Des recommandations ont aussi été formulées  à savoir  celle d’inventer son propre modèle, son extension géographique, montrer que l’histoire des civilisations noires est complète, la place de la diaspora,  et une phase pilote pouvant aller de deux à cinq ans.

Il a également été retenu dans les recommandations, le rôle de l’art, la mise en place d’un plan stratégique de développement, faire du MCN un carrefour, allier la culture et le tourisme pour rendre le MCN visible par rapport aux autres musées du monde, tenir compte de la spécificité du musé et de sa dimension internationale.

Selon lui, l’Etat du Sénégal va étudier les meilleures stratégies pour la mise en œuvre des recommandations issues des travaux afin que le musée devienne le ‘’haut lieu de cultures ouvertes sur le monde’’.

LEAVE A REPLY